Fernand ALAMICHEL

Armée française du Levant (1919-1925) - Général Gouraud,
puis Général Weygand.

La campagne de Silicie et la guerre du Levant

Division de Cilicie : P.C. à Adana (Général Dufieux).
Ex. 156ème D.I., entièrement reconstituée : plus tard, 1ère Division du Levant - Débarqua à partir du 1.11.1919.
1ère Brigade : Général Bordeaux, avec les : - 17ème R.T. Alg. - 17ème R.T.S. (1.11.19), puis, 14ème R.T.S. (12.6.20).
2ème Brigade : Général Martz, avec les : 412ème R.I. - 18ème R.T. Alg.
Cavalerie : 2ème Régiment de Cavalerie du Levant.
Artillerie : 274ème Régt d’Art. de Tunisie, à trois groupes de 75. Parc d’Artillerie Divisionnaire (P.A. D.1).
Génie : 52ème Compagnie du 33ème Bataillon de Sapeurs-Mineurs.
Transmission : Détachement Télégraphistes de la Compagnie ST/52 du 43ème Bataillon.
Aviation : Escadrilles 56 et 458 du 35ème Régiment d’Aviation d’Observation.
Train : 4ème et 5ème Escadrons du Train des Equipages.
Services : 135ème Escadron de Transport Automobile. Section T.M. 1319 - Section Camionnettes 905. 33ème Section de C.O.A. - 33ème Section Infirmiers Militaires Coloniaux. Ambulance 5/L - 35ème T.E.M. - 9ème B.D.1 135ème T.E.M. - Section Sanitaire 42.
(sources : Service Historique de l’Armée de Terre à Vincennes : S.H.D)
Inscriptions sur les emblèmes : 17ème R.T.A. (Maroc 1923-26) - 18ème R.T.A. (Levant 1920-1926). 14ème R.T.S. (Levant 1920-1921) - 17ème R.T.S. (Levant 1920-1927). 412ème R.I. (Verdun 1916-1917 - Le Matz 1918 - Soissonnais 1918.
(Sources : Bibliothèque des Archives Historiques, Paris).

La Cilicie qui est un territoire au Sud de l'Asie mineure, aux frontières de la Turquie, l'Irak et la Syrie, constituait au Moyen-Age le Royaume de la Petite Arménie.
En 1914-1918, l'Empire Ottoman entre en guerre aux côtés de l'Autriche et de l'Allemagne ; plusieurs pays composant l'Empire Ottoman sont déjà indépendants ou expriment des velléités de le devenir. Les Alliés vont tenter d'affaiblir l'Empire en jouant sur ces divisions. Les Français et les Anglais fixent par un accord secret leurs ambitions territoriales en cas de victoire : La Palestine et l'Irak irait aux Anglais, la Syrie, le Liban, la Cilicie aux Français.
A la suite de l'Armistice du 30 octobre 1918 avec l'Empire Ottoman, les Français débarquent le 9 janvier 1919 en Cilicie, après une courte occupation britannique. En Cilicie, un brillant officier, le général Mustapha Ali Rhiza (qui deviendra Kemal Atatürk), organise la résistance et s'oppose à la garnison française en Cilicie.
En mai 1920, un premier armistice est signé avec Kemal, qui met fin aux combats sporadiques avec les Français. En Juillet les kémalistes assiègent à nouveau Adana et bloquent les communications. Les Français changent de stratégie et choisissent de s'allier avec Kemal contre le Sultan Mehmet VI. Le 20 octobre 1921, un accord est signé et, en novembre la France évacue la Cilicie.
Celle-ci est alors rétrocédée à la Turquie.

L’intérêt premier de la France pour la Cilicie, bien que manifesté depuis la campagne de Napoléon en Égypte et en Syrie de 1798 à 1800, s’était accru depuis l’acquisition en 1909 par des capitalistes français de l’immense ferme de Mercimek (Mercimek Çiftliği, 1 100 km2, soit la taille de la Martinique) appartenant au Sultan Abdülhamid II, en remboursement d’une partie des dettes de l’Empire ottoman. Cette ferme, pourtant privée, était gérée comme une ferme d’État, en développement depuis 1880, et correspondait plus ou moins à une bande partant des ports de Yumurtalık et Karataş et allant jusque dans les environs de Kozan et İmamoğlu.

Légende du génocide arménien

Fernand ALAMICHEL, qui était affecté à la 56ème escadrille en 1920, effectua des missions sur Aïn-Tab, Marash (Marache sur la carte) et Killis (Kilis sur la carte). L'avion de la carte postale est un Caudron G4.